AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 cosmétique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
soleil
admin
admin


Nombre de messages : 2091
Age : 37
Localisation : Sud
Date d'inscription : 16/11/2005

MessageSujet: cosmétique   Dim 8 Jan - 3:27

"que choisir" 25/10/2005

Cosmétique
L'envers du décor


À moins d'être féru de botanique et très calé en chimie, le consommateur a peu de chance de savoir que le butyrospermum parkii est du beurre de karité ou que l'hethylhexyl methoxycinnamate est un filtre solaire chimique.

Malgré ces obstacles, comment s'y retrouver ? Commençons par les crèmes hydratantes pour le visage ou pour le corps. Leur fonction est de piéger l'eau, qui est l'hydratant naturel de la peau. Pour y parvenir, les crèmes copient en quelque sorte ses processus naturels d'hydratation. La fameuse couche hydrolipidique, film protecteur de la peau, est un mélange d'eau apportée par la sueur et de graisses sécrétées par les glandes sébacées. Ce cocktail s'émulsionne tout seul, mais pour obtenir la même chose avec les cosmétiques, il faut rajouter des émulsifiants. Eau, corps gras d'origines diverses et émulsifiants forment la troïka de base des crèmes. De la qualité de ces constituants dépend la qualité du produit. S'y ajoutent de nombreuses substances : des antioxydants (vitamine E), des agents apaisants, des astringents, des substances tampon, des parfums et des colorants. À la différence des produits certifiés bio toutes les crèmes classiques renferment des conservateurs douteux, voire dangereux. Enfin, un certain nombre d'entre elles contient des filtres contre les rayons ultraviolets.


Le mythe de la barrière cutanée

D'un bout à l'autre de la chaîne des composants, on trouve du bon et du moins bon, voire du très mauvais. Si l'on se fie aux fabricants de cosmétiques, il n'y aurait pas lieu de s'inquiéter car les substances présentes dans les cosmétiques ne pénètrent jamais dans le système général. Affirmation difficilement tenable. «Cela dépend de la taille du produit, mais a priori, bien sûr qu'il peut passer, affirme le Pr Jean-François Nicolas, chercheur en immunologie à l'Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale). Les allergies occasionnées par les parfums ne pourraient pas se déclencher si la molécule responsable ne pénétrait pas jusque dans le derme et les vaisseaux lymphatiques.» D'où la nécessité de séparer le bon grain de l'ivraie.

Les ingrédients étant répertoriés par ordre d'importance décroissante, la tête de toutes les listes, présente dans toutes les crèmes et laits hydratants, est aqua (eau). Auteur d'un livre détaillé sur les cosmétiques dont nous nous sommes largement inspirés pour établir notre tableau(1), Rita Stiens écrit : «Ce sont les ingrédients mentionnés les premiers dans une déclaration INCI (2) (soit plus de 90 % du produit) qui déterminent les performances d'un cosmétique... Une crème mérite un bonus si la mention aqua est suivie de ricinus communis (huile de ricin), glycérine, persea gratissima (huile d'avocat), cera alba, sodium stéarate ou triglycérides caprylic/capric (obtenus à partir d'huiles végétales). Elle reçoit un malus lorsque se trouvent aux premières places de la liste : paraffinum liquidum, petrolatum, ozokerite, cera microcristallina ou hydrogenated polyisobutene.»

Autres corps gras utilisés, les huiles de silicone et autres produits de synthèse qui forment un film à la surface cutanée. Correctes pour la peau, ces substances ne sont pas bonnes pour l'environnement car elles se dégradent difficilement.

Dans les émulsifiants, on trouve aussi les bons : sorbitan caprylate, laurate, stéarate ; les esters de sucre (sucrose cocoate, laurate, palmitate) ; les alcools gras (cetyl, behenyl, stearyl, myristil alcohol) ; les acides gras (lauric, stearic, myristic, palmitic acids...) et les mauvais tout aussi nombreux.

Depuis mars 2005, une série de vingt-six substances odorantes doivent obligatoirement être déclarées en raison de leur pouvoir allergisant. Treize d'entre elles sont davantage susceptibles d'entraîner des allergies (3). Les colorants sont répertoriés en fin de liste par la mention CI (color index) suivie de cinq chiffres. Là encore, certains colorants naturels ne posent aucun problème, tandis que d'autres, dérivés du goudron, ne sont pas irréprochables.

Côté conservateurs, les substances indésirables sont nettement plus fréquentes que les acceptables. L'acide sorbique et l'acide benzoïque peuvent être considérés comme des conservateurs doux. Pour les autres, le tableau est nettement moins réjouissant. Certains conservateurs ne devraient pas se trouver dans des produits que l'on applique jour après jour sur la peau. C'est le cas des composés organo-halogénés, du BHT (butylhydroxytoluène), du phénoxyéthanol, des EDTA (éthylène diamino tétra acétate), des libérateurs de formol et de certains filtres contre les rayons ultraviolets.


Parabens et cancer

D'autres conservateurs font l'objet, depuis peu, de préoccupations sérieuses. C'est le cas des parabens, omniprésents dans les cosmétiques, qui ont été mis récemment sur la sellette par la diffusion des travaux du Dr Philippa Darbre, spécialiste de biologie moléculaire à l'université de Reading (Royaume-Uni). Bien que celle-ci ait mis en évidence la présence de parabens dans les tissus mammaires cancéreux, elle n'a pas affirmé qu'ils étaient spécifiquement responsables de l'augmentation du cancer du sein. Son hypothèse vise plus généralement l'utilisation régulière des déodorants. Plusieurs arguments épidémiologiques viennent donner du crédit à cette hypothèse. Tout d'abord, l'évolution de la localisation des cancers du sein dans le temps : en 1926, seuls 31 % d'entre eux apparaissaient dans le quadrant supérieur externe du sein (près de l'aisselle); en 1994, on en compte 61 %. D'autre part, les cancers apparaissent davantage dans le sein gauche. Cela ne pourrait-il pas provenir d'une application plus importante chez les droitières ? Un moyen simple de vérifier cette hypothèse, suggère l'auteur, serait de voir si, chez les gauchères, le sein droit n'est pas plus souvent touché. Quels pourraient être éventuellement les composants responsables : parabens, sels d'aluminium ? Là encore, on manque d'études sur l'impact d'une utilisation à long terme de ces produits.

S'abstenir en attendant les études

Il n'en reste pas moins que les parabens ont des propriétés hormonales. Ils font partie des perturbateurs endocriniens, qui englobent de nombreuses substances auxquelles nous sommes exposés : pesticides, PCB (polychlorobiphényle), parfums, phtalates... et certains filtres solaires. Le Pr Margret Schlumpf, de l'Institut de pharmacologie et de toxicologie de l'université de Zurich, en Suisse, a démontré qu'un certain nombre de filtres chimiques protégeant des rayons ultra-violets avaient ces propriétés. Pour elle, la recherche ne fait que commencer. «Cela ne suffit pas de dire : on retrouve des filtres solaires ou des parabens dans les poissons et dans l'eau des lacs, explique-t-elle, il faut savoir exactement quelles substances se trouvent en nous, dans nos tissus graisseux.» D'où l'idée, en cours de réalisation, de faire analyser huit groupes de perturbateurs endocriniens dans le lait maternel : organochlorés dans certains pesticides, PCB, parfums synthétiques (muscs nitrés et polycycliques), filtres UV chimiques, parabens et phtalates. «Ensuite, nous pourrons faire une évaluation du risque.» Mais, à l'instar d'autres chercheurs, elle recommande d'ores et déjà la plus grande prudence aux femmes atteintes de cancer du sein et à celles qui sont enceintes ou veulent le devenir. Et, ajoute-t-elle, «je n'utiliserais plus, définitivement, l'ethylhexyl methoxycinnamate, un filtre solaire, en raison de ses propriétés estrogéniques.»

Catherine Sokolsky
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: cosmétique   Lun 24 Sep - 22:31

es-ce que tous produits de cosmetiques indiquent si ils ont du paraben...?
Revenir en haut Aller en bas
soleil
admin
admin


Nombre de messages : 2091
Age : 37
Localisation : Sud
Date d'inscription : 16/11/2005

MessageSujet: Re: cosmétique   Mar 25 Sep - 2:01

Il y en a de plus en plus qui précisent " sans paraben" ;
Sinon, il faut que tu décryptes les ingrédients : méthylparaben, buthylparaben,... sont à éviter si tu ne veux pas de paraben dans tes produits.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Valkyrie
Natur'elle victim
Natur'elle victim


Nombre de messages : 1216
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 09/12/2005

MessageSujet: Re: cosmétique   Sam 29 Sep - 0:59

la composition INCI intégrale est obligatoire depuis 1998.
les parabens étant des conservateurs, ils sont souvent vers la fin.

surveille également le phénoxyéthanol, c'est un conservateur encore pire...

cela dit il y a des tas et des tas d'ingrédients nocifs dans la plupart des produits de consommation courante.
si tu veux les fuir, il faut te tourner vers des marques bio ou naturelles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: cosmétique   Aujourd'hui à 5:34

Revenir en haut Aller en bas
 
cosmétique
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Catastrophe cosmétique
» cours de cosmétique bio
» www.moongraffiti.com : Site cosmétiques américains/anglais/français
» Mes idées rangements cosmétiques
» Nos recettes cosmétiques maison (soin des mains)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
natur'elle :: bon à savoir :: beauté/santé-
Sauter vers: